Après son infidélité

Ma femme a répété une phrase que je n’arrivais pas à comprendre : « Je te quitte. »

Je l’ai regardée dans les yeux, à la recherche de l’amour qui allumait jadis son regard. Je n’ai rien trouvé. Je me suis demandé : « Mais qui est cette femme? » En un instant, celle qui était ma femme depuis deux ans était devenue une étrangère.

« Que dis-tu là? Pourquoi veux-tu me quitter? », lui ai-je demandé.

« Je me sens misérable et seule. » Voilà, elle l’avait dit. « Tu me rends misérable. Peut-être qu’un peu de distance suffira à nous rapprocher. »

Je l’ai touché au bras, mais elle a retiré ma main en m’entendant dire : « Mais je n’y comprends rien. Comment une séparation pourrait-elle nous aider à nous rapprocher? »

« Je ne sais pas, mais je sais que je ne peux plus vivre ici. J’ai besoin de temps seul pour réfléchir. Je ne sais même plus si je t’aime ou si je ne t’ai jamais aimé. »

Je me tenais figé là à la supplier : « S’il te plaît, ne pars pas tout de suite. Peux-tu au moins attendre jusqu’à demain? »

Elle a ramassé sa valise en silence, a hissé son sac à main sur son épaule et est sortie de la porte d’entrée en secouant ses cheveux d’un air théâtral.

Une aventure cachée

Je savais que je n’avais pas été le meilleur des maris et que je me fâchais facilement contre elle. Je savais que mon besoin d’avoir raison faisait d’elle la personne qui avait souvent tort.

Je savais qu’elle avait pris ses distances dernièrement. Mais je ne savais pas qu’elle m’était infidèle.

Pendant le mois qu’a duré ma séparation d’avec Nancy, je me suis trouvé dans un état pitoyable. Chaque fois que je l’appelais, je commençais à pleurer et à lui demander quand elle reviendrait. Elle se limitait à des réponses monosyllabiques. Et chaque fois, elle mettait brusquement fin à la conversation en disant : « Faut que j’raccroche. »

J’ai demandé à des amis de l’« épier », et ils m’ont dit qu’elle semblait bien se porter, qu’elle semblait heureuse. Ils m’ont conseillé de continuer ma vie en acceptant le fait qu’elle m’avait quitté. Lorsque Nancy m’a dit qu’elle demandait le divorce, j’ai cru que c’était la fin de notre mariage.

Mais voilà qu’un soir, après une transformation radicale de son cœur, elle est rentrée chez nous en disant : « Voilà des mois que je te mens, mais je vais te dire la vérité maintenant. Tu peux me poser n’importe quelle question. »

« Y a-t-il un autre homme? As-tu été infidèle? »

Elle a détourné le regard pour chuchoter : « Oui, avec un homme au travail. Mais c’est terminé dès aujourd’hui. Je lâche mon emploi demain et je ne le reverrai plus jamais. J’espère que tu pourras me reprendre et que nous pourrons rester mariés. »

Un mariage à reconstruire

La décision de pardonner était vite prise, mais la reconstruction de notre vie de couple a exigé beaucoup de temps. Un jour, je me sentais bien; le jour d’après, je perdais espoir. Alors, elle devenait perplexe et frustrée. Nous pouvions nous montrer aimants et attentionnés une semaine, pour ensuite reprendre nos vieilles habitudes un petit moment avant de revenir à la bonne voie.

Au début, nous avions l’impression que la journée était bonne si nous réussissions à demeurer polis l’un avec l’autre, à dire « s’il te plaît » ou « merci » et à éviter les querelles.

La première chose que nous avons faite ensemble était de demander conseil auprès d’un couple chrétien sage. Ensuite, pendant plusieurs mois, nous avons été suivis par un conseiller chrétien. Nous avons commencé à participer à un groupe pour couples à l’église et nous avons commencé à lire des livres sur la vie de couple. Nous avons découvert des principes bibliques très utiles et avons trouvé des façons pratiques de vivre selon ces conseils.

Un principe important qui nous a aidés à guérir comme couple était de faire preuve de miséricorde l’un envers l’autre pendant ce processus de transformation.

Lorsque nous manquions notre coup, nous avons essayé de ne pas trop nous en faire parce que nous savions que nous essayions tous les deux. C’était comme si nous étions deux pendules qui se manquaient de près en basculant de bord et d’autre. Grâce à Dieu, nous avons tranquillement commencé à suivre la même direction. Mais cela a pris du temps, de la foi, de la discipline et un engagement solide.

Beaucoup de nos anciennes habitudes étaient difficiles à changer. Avant, nous sautions sur l’autre personne aussitôt que nous la voyions commettre une gaffe. Mais en adoptant cette nouvelle façon de vivre ensemble, nous avons cherché plutôt à plaire l’un à l’autre.

Une nouvelle mission

Il se peut que le principe qui m’a aidé le plus soit celui qui se trouve en 1 Pierre 3.7, qui nous encourage à vivre avec nos femmes en faisant preuve de discernement. Pendant des années, les comédiens à la télé disent : « Je n’arrive pas à comprendre ma femme. » C’est la blague la plus commune dans notre société. Mais si la Bible nous dit de faire preuve de discernement dans notre relation avec notre femme, cela doit être possible de venir à la comprendre.

Je n’ai jamais demandé à Nancy de me raconter les détails de son infidélité. Je ne voulais pas devenir obsédé par ce qu’elle avait fait ni où elle l’avait fait. Lorsque des pensées à cet égard m’effleuraient l’esprit, je refusais de les entretenir. Je choisissais plutôt de tourner mes pensées vers l’avenir que nous construisions ensemble, en fixant mes yeux sur tout ce qui était pur, digne d’amour ou d’approbation, de tout ce qui méritait respect et louange.

J’ai choisi comme mission personnelle de chercher à comprendre ma femme.

J’ai découvert que ma femme est plus sensible que mon copain. Je peux taquiner mon copain, et il ne fera que me rendre la pareille. Mais lorsque je taquine ma femme, cela la démolit psychiquement et spirituellement. Cela la blesse et lui donne le désir de se retirer de moi.

J’ai appris que lorsque ma femme me dit : « Tu suis cette auto de trop près et cela me fait peur », que je devrais laisser plus de distance entre ma voiture et les autres. Je l’aime, alors, pourquoi voudrais-je lui faire peur? Plus je suis venu à comprendre ma femme, plus je la respectais dans sa différence, moins nous nous disputions. Avant, nos petites disputes se transformaient rapidement en conflagrations. Mais en apprenant à régler rapidement nos petits malentendus, nous avons vu notre intimité s’approfondir et notre amour croître.

Nancy a tôt constaté combien mon pardon était important pour elle. Elle m’a remercié tant de fois pour ma décision de la reprendre. Elle a commencé à me traiter avec un nouveau respect, et j’ai commencé à la valoriser.

25 ans plus tard

Je n’ai jamais regretté la décision de pardonner à Nancy. Cela fait maintenant plus de 25 ans, mais nous n’avons pas cessé d’apprendre de cette expérience.

Son infidélité était un symptôme d’un mariage en phase terminale. Je n’excuse pas son comportement, mais j’avoue que j’étais loin d’être un mari attentionné, aimant, encourageant. Elle avait exprimé souvent à quel point elle se sentait seule, triste et découragée, et comme l’égoïste que j’étais, je n’ai fait aucun cas de ses besoins. Je ne lui offrais presque jamais des compliments et je n’étais pas le dirigeant spirituel du foyer. Notre mariage était désastreux et c’était en grande partie de ma faute.

Nous avons choisi d’adopter les valeurs de Dieu pour le mariage. Même si nos émotions peuvent parfois changer, la volonté de Dieu demeure constante, et il est toujours là pour nous aider et nous transformer.

Voici ce que nous avons appris : Cherchez toujours à améliorer votre relation. Ne laissez pas tomber la garde. Ne vous tenez pas pour acquis et ne vous fiez pas aux émotions du moment, car ils peuvent vous tromper.

Cela nous émerveille de constater tout le chemin que nous avons parcouru ensemble – nous nous amusons beaucoup ensemble et nous nous aimons profondément. Notre fils adulte nous voit souvent main dans la main. Pour lui, nous sommes un exemple vivant de miséricorde et de restauration.

Notre foyer était brisé – mais avec l’aide de Dieu et beaucoup d’effort, notre couple est restauré, et plus fort que jamais. L’infidélité de ma femme a démoli notre mariage, mais Dieu a racheté ce qui était perdu et a restauré notre relation!

Auteur : Ron Anderson

Lire l’histoire de Nancy

Si vous souffrez des conséquences votre propre infidélité ou de celle de votre partenaire, et que vous voulez en parler, n’hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous. L’un de nos accompagnateurs bénévoles se fera un plaisir de vous répondre, en toute confidentialité.

Besoin de parler